De Catherine de Médicis à Diane de Poitiers

Publié le 20/01/2017

La reine Catherine de Médicis (1519-1589), épouse du roi Henri II (1519-1559), achète le Château en 1550. Le domaine est alors très rentable (péage sur la Loire et nombreuses terres agricoles). Elle utilise probablement Chaumont-sur-Loire comme rendez-vous de chasse et comme étape entre les châteaux d’Amboise et de Blois.

Toute sa vie, Catherine de Médicis s’entoure d’astrologues dont les plus célèbres sont Nostradamus (1503- 1566) et Cosimo Ruggieri (?-1615). Selon la légende, c’est à Chaumont que Ruggieri prédit à Catherine de Médicis la fin de la dynastie des Valois au profit de celle des Bourbons, avec l’avènement d’Henri IV (1553-1610) –roi de Navarre–. Cosimo Ruggieri fit apparaître dans un miroir les visages des trois fils de la reine destinés à régner. Le miroir fit autant de tours que d’années de règne de chacun des trois rois -François II (1559-1560), Charles IX (1560-1574), Henri III (1575-1589)-.

À la mort d’Henri II, en 1559 à l’occasion d’un tournoi, Catherine de Médicis, devenue gouvernante de la France, demande à son ancienne rivale Diane de Poitiers (1499-1566) de lui rendre le château de Chenonceau. Ce cadeau du roi est, en effet, un bien inaliénable car il appartient à la couronne. Elle lui donne en échange le Château de Chaumont-sur-Loire.

L’ancienne favorite d’Henri II ne fait que des séjours ponctuels à Chaumont, mais soucieuse de ses résidences, elle poursuit la construction du château jusqu’à sa mort en 1566. Elle donne à Chaumont l’essentiel de sa physionomie actuelle.

Sa fille, devenue propriétaire, est la première à manifester le désir de doter le Château d’un parc en 1573. Mais sa mort, l’année suivante, met un terme au projet.