Les appartements privés

Publié le 06/03/2017

La salle à manger

La salle à manger possède une remarquable cheminée réalisée par Antoine Margotin, élève de l’architecte Paul-Ernest Sanson, où figure l’essentiel du répertoire sculpté présent sur les façades extérieures du Château (montagne en flammes “Mont Chaud”, double “C” de Charles II d’Amboise, armoiries du cardinal Georges d’Amboise). On y trouve aussi deux tapisseries : Le Jugement de Pâris (XVIème siècle) et L’Histoire d’Énée (XVIIème siècle) ainsi qu’un coffre du XVIème siècle illustrant sur un cuir le combat de David et Goliath.

La bibliothèque

La bibliothèque a été reconstituée à l’identique, même si elle a perdu une partie de son décor lors d’un incendie survenu au mois de juin 1957. Elle présente un meuble bibliothèque à deux corps du XIXème siècle, orné de pilastres, losanges, frises de coquilles et entrelacs dans le goût de la Renaissance ainsi qu’un ensemble mobilier époque Napoléon III : indiscret, canapé et fauteuils. Trois tapisseries tissées à Aubusson au XVIIème siècle illustrent trois épisodes de la vie d’Alexandre le Grand (L’Entrée triomphale d’Alexandre dans la ville de Babylone, La Soumission de la famille de Darius et La Rencontre de Porus et d’Alexandre).

Le petit salon

 
Le petit salon présente un rare ensemble mobilier époque Empire (dépôt du Conseil départemental de Loir-et-Cher) estampillé par l’ébéniste Pierre-Benoit Marcion ainsi qu’une exceptionnelle pendule époque Empire en marbre et bronze doré et une table tric-trac (dépôt du Mobilier national), époque Empire, provenant du Palais de l’Elysée. Cette pièce rappelle la venue d’avril à août 1810 à Chaumont-sur-Loire de l’écrivain Germaine de Staël, au moment de l’impression, à Tours, de son livre “De L’Allemagne”.

La salle de billard

La salle de billard possède un rare plafond polychrome commandé par le Prince et la Princesse de Broglie, avec sur la poutre maîtresse, diverses vues du Château à la fin du XIXème siècle, ainsi qu’à chaque extrémité, les armoiries des familles d’Amboise et de Broglie. Deux tapisseries de Bruxelles du XVIème siècle illustrent deux épisodes de la vie d’Hannibal, général carthaginois (La Prise de Sagonte et Hannibal montrant à trois de ses lieutenants la plaine du Pô).

Le grand salon

Le grand salon est aménagé au milieu du XIXème siècle dans le goût historicisant inspiré du Château royal de Blois (cheminée polychrome avec la représentation du porc-épic). Le mobilier (tables, chaises, tabourets, buffet à deux corps, confident, table à thé, fumeuse) date de l’époque Napoléon III ou de la fin du XIXème siècle. La brocatelle de soie jaune à grands motifs floraux garnissant l’ensemble des murs a été retissée en 2007 d’après les cartons originels de la fin du XIXème siècle. De nombreux achats et dépôts récents ont permis de reconstituer l’atmosphère raffinée du salon de la Princesse de Broglie.

La chapelle

La chapelle, construite et dotée d’un décor sculpté gothique flamboyant du début du XVIème siècle, est restaurée en 1884-1886. Les vitraux, réalisés par le maître verrier Georges Bardon sont posés en 1888 et illustrent l’histoire de Chaumont depuis ses origines jusqu’à la famille de Broglie. Quatre peintures réalisées par une école aragonaise à la fin du XVème siècle situées de part et d’autre du maître autel, représentent deux épisodes de La Vie de Saint Jean-Baptiste, La Naissance de la Vierge et La Montée au calvaire.